L'oeuvre d'art naît de l'imagination.

Pour les photographes, les musiciens, les lecteurs et les écrivains... En bref, pour les artistes !
 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherFAQ

Partagez | 
 

 La malade ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acid Queen
Amateur d'art
Amateur d'art


Féminin
Nombre de messages : 65
Age : 26
Localisation : Mondragon
Emploi : Lycéenne
Objets précieux : Mon Mp3, mon carnet de citations, mes livres, mon portable
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: La malade ...   Jeu 24 Avr - 23:34

Ame sensible s'abstenir ^^

Sa chambre était plongée dans le noir.
Cela faisait plus d’une heure que Pia tentait de s’endormir, sans succès.
Il était maintenant minuit moins le quart.
Rien ne bougeait, tout ce qu’il y avait dans sa chambre restait inanimé.
Elle aurait voulu que quelque chose l’aida à apaiser son esprit, le vider de toutes pensées superflues qui l’empêchaient de se reposer.
Pia avait été malade pendant deux semaines.
Son mal était inconnu des médecins ; de la fièvre, des frissons, pupilles dilatées, des moments de passages à vide, mais le plus impressionnant c’était quand elle s’assoupissait alors elle parlait, des fois les yeux ouverts.
Elle disait qu’elle ne savait pas, qu’il ne pouvait pas, que c’était impossible.
Ses parents, ne comprenant pas, lui posaient des questions, là elle tremblait de tout son corps et hurlait, ils étaient obligés de la réveiller.
Ils lui demandaient ce qu’elle voyait quand elle dormait, et toujours elle répondait « Que le diable les emporte, ils brûleront en enfer » elle se retournait, se calmait et redevenait normal. Ce fut cela pendant deux semaines, deux longues semaines où ses parents s’étaient relégués pour la surveiller et la soigner.
Aujourd’hui elle avait revu le docteur et il lui avait assuré qu’elle était totalement remise mais qu’elle devait absolument se reposer, pendant 4/5 jours.
La journée, elle était seule.
Elle pleurait, tous les jours sans cesse, elle savait qu’au fond de son cœur la blessure n’avait pas cicatrisé, toutes les nuits elle faisait le même cauchemar et à l’heure de se coucher Pia espérait à chaque fois qu’il changerait car c’était très frustrant de toujours de toujours rêver la même chose, surtout le genre de choses dont elle rêvait.
Ce soir, c’était le dernier soir avant qu’elle ne retourne au lycée.

Minuit pile.

Ses pupilles se dilatèrent et un frisson parcourut tout son corps, glacé et violent, la brutalisant presque.
Automatiquement elle se blottit sous sa couette, elle n’osait pas sortir sa main pour allumer la lumière, elle savait que comme à chaque fois elle s’éteindrait au bout de quelques secondes.
Terrifiée, elle se signa, en commençant par la gauche et ferma fort ses paupières.
Malheureusement cela ne suffit pas, une force inconnue les lui rouvrit.
Alors elle se mit à pleurer.
Vite elle attrapa le paquet de mouchoir que désormais, elle laissait chaque soir sous son oreiller et essuya les larmes de sang qui roulaient le long de ses joues.
Tout à coup, elle sentit quelque chose glissé le long de sa couette et pop ! elle ne sentit plus rien.
Ses sanglots étaient étouffés, comme toujours elle essayait d’hurler pour prévenir ses parents mais sa voix était bloquée.
Ne sachant pas ce qu’elle allait endurer ce soir là, Pia était restée à moitié habillé, en dessous de son pyjama elle portait des collants, et par-dessus son t-shirt, un pull et aussi des chaussettes aux pieds.

Une nuit ses démons l’avaient poussé à sortir de la maison, elle portait alors une simple nuisette et elle avait du se balader dans le parc en face de chez elle, pieds nus.
Son cerveau fonctionnait pourtant très bien, elle savait qu’elle avait froid, que ses pieds lui faisaient terriblement mal, que ses cheveux s’emmêlaient avec le vent mais ses organes ne répondaient pas.
Elle avait beau hurler dans sa tête qu’elle voulait rentrer, rien n’y faisait.
Elle n’avait pu rentrer qu’au petit matin, une fois les démons terrifiés par l’arrivée du jour, seule elle avait du retrouver le sentier et rentrer chez elle.
Sa mère avait veillé toute la nuit son retour et son père était parti à sa recherche avec la gendarmerie.
Elle se refusait à donner une explication, se bornant juste à pleurer et dire qu’elle avait froid.
Tout le monde avait conclu à une fugue.

Sans qu’elle leur ordonne quoique ce soit, ses jambes se tendirent, la forçant à se coucher sur le dos, puis elle se firent de plomb et elle ne put plus les bouger ne serait-ce que d’un centimètre.
Puis ce fut au tour de ses bras, ils se couchèrent le long de son propre corps amaigri et eux aussi elle ne put plus les bouger.
Dans sa tête résonna le 1er mouvement de la sonate Clair de Lune de Beethoven.
C’était un de ses morceaux préférés malgré que celui-ci fût depuis le début associé à ses cauchemars.
La couette était jusque là resté au dessus de sa tête.
Maintenant elle commençait, tout doucement, à descendre.
Pia se remit à pleurer de ses larmes de sang qui l’étouffaient presque.
Ce soir, elle avait encore plus peur que les autres fois.
Une pensée malsaine s’infiltra insidieusement dans sa tête.
Elle voulut secouer la tête mais cela aussi lui était interdit.

Les battements de son cœur ralentirent peu à peu.
Ils restèrent juste assez fort pour lui permettre de vivre.
Pia eut une pensée pour ses parents qui dormaient paisiblement dans leur lit, dans les bras l’un de l’autre, ne se doutant pas qu’on était en train de leur voler leur fille.
Pia voulut se débattre mais sans succès, elle refusait de se laisser happer sans se battre un tant soit peu.
Une main froide et desséché passa de son pied puis remonta le long de sa jambe, sa hanche, atteignit son abdomen passa par le nombril jusqu'à son cou et vint lui chatouiller le creux de l’oreille.
Pia était au supplice, c’était la sensation la plus dégoûtante qu’elle avait jamais ressenti.

Une autre main se fit sentir sur son poignet gauche.
Pia continua de pleurer, pleurer encore et sans cesse.

La seconde main, d’un ongle aiguisé, montait et descendait le long de son bras puis remonta jusqu’à son poumon gauche et s’arrêta dessus.
Au bout de quelques secondes elle sentit comme des millions de fourmis qui lui rongeaient ce même poumon, elle commença à haleter autant que son cœur le lui permettait.
Ses larmes se faisaient de plus en plus lourdes et solides au fur et à mesure qu’elle souffrait.

Les deux mains se rejoignirent autour de son cou.
Un souffle traversa son oreille droite, de la transpiration ruisselait tout le long de son corps.
Les mains se serrèrent, firent pression.
Les yeux de Pia sortaient presque de leurs orbites.
Puis petit à petit, la souffrance ne voulait plus rien dire.
Elle se sentit partir.
Malgré tout, elle savait que les mains n’en avaient pas fini avec son corps.


Extrait du journal local :

« Hier dans la petite ville de Sabadell a été retrouvé le corps mutilé d’une jeune adolescente de 15 ans à son domicile. Les parents se seraient levés le matin pour réveiller leur fille, alors ils l’auraient retrouvé nu dans son lit, baignant dans son sang. La mère, sous le choc, s’est évanouie. Les autorités ont été prévenues et une enquête vient d’être ouverte, les parents ne seraient en rien mêlés au meurtre. La police scientifique identifierait la mort du corps comme survenue vers minuit trente. L’affaire reste à suivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.melle-jazz.skyblog.com
Ai-chan
Modo


Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 24
Localisation : La tête dans les étoiles... (enfin, ça marche surtout la nuit xD)
Emploi : Lycéenne de temps à autres
Objets précieux : mon oreiller & mon ordi'chouw x3
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: La malade ...   Ven 25 Avr - 11:57

Woah, t'es sadique xD
La pauv' gosse >.<

Mais j'aime beaucoup x)

_________________

Sankyu Kitty =3

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-baka-ai.skyrock.com
 
La malade ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Course de MALADE !!! (Porsche GT3 vs CBR1000RR vs R1)
» Toad Hall le 21/02/09 - Malade ?
» j'adore etre malade a la maison
» Grand corps malade !!
» Steve Jobs malade !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oeuvre d'art naît de l'imagination. :: Le Magazine :: Nouvelles-
Sauter vers: